Histoires de vie et de vivre Index
 
Menus du Forum :

MembresGroupesFAQRechercher
ProfilSe connecter pour vérifier ses messages privés Contacter le webmaster
S'enregistrer
Connexion

Dimanche 28/07/2013

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> 2013 -> Juillet 2013
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MDD69
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2008
Messages: 18 459
猴 Singe

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 07:42    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 bonjour tout le monde !
Quelle chaleur !! nuit sans doute difficile pour tout le monde.
Les orages annoncés pour mon secteur ne sont pas arrivés ! Prévus pour aujourd'hui, on va voir. J'aime mieux que ce soit le jour que la nuit !!
Pas de soleil à l'horizon ce matin, et il tombe quelques gouttes.... la pluie va peut etre arriver.
On en avait trop... on s'en plaignait, et voilà que maintenant on en réclame !!! lol !!

Je trouve que plus de vacanciers partis cette fin juillet. La circulation, pour un samedi, était fluide hier. Habituellement on vit cette situation après le 15/8.
Un monde fou hier à la gare, et.... la clim particulièrement défaillante. Une chaleur torride, et un manque d'air certain. Me suis pas attardée... Ca fait à peu près 30 ans que je n'avais pas mis les pieds dans cette gare.
Quand je prends le train, ce qui est très rare maintenant (avant ça arrivait avec le boulot) je le prends à Lyon Perrache d'accès plus pratique (il faut juste suivre la Saône) et que je connais depuis toujours.

Voilà les news !
Bon dimanche tout le monde. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 07:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
nicole
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2008
Messages: 3 473
鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 08:17    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

Bonjour, bonjour,
Quelle fraicheur, désolée MDD ° ce matin et la nuit fut très bonne
Soleil et ciel bleu ce matin, quelques nuages annoncés pour cet après-midi.
Ce midi notre repas "la fête des voisins", environ 25 personnes, nous faisons cela à l'extrémité de la rue, car un champ y subsiste, donc pas de problème d'installation.
Je ne regrette pas l'achat du trampoline car les enfants y sont souvent rendus, de plus gros ballon de gym à l'intérieur, donc culbutes, ça rit de bon coeur
Voici les nouvelles du jour
Je vous souhaite une bonne journée
_________________
Ce que d'autres ont réussi, on peut toujours le réussir


Revenir en haut
LUDMILLIA


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2012
Messages: 7 745
馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 08:34    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

Bonjour tout le monde,


h oui chez nous il a fait  frais !!! mais là le soleil tape déjà ......

Allez c'est dimanche on déjeune aussi non ??????









Revenir en haut
SISSI
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 7 932

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 11:05    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 bonjour,
un peu couvert le temps ici donc pas chaud chaud tant mieux ça me va!
je dois faire teinture cheveux 3 mois ça urge!
plus qu'une semaine de boulot et samedi prochain je serais dans le sud!
comme chaque été petit travaux on fera changer une fenêtre mettre parquet au sol dans une pièce! cet hiver faudra refaire douche! fenetre de ma chambre sol cuisine salle de bain bref beaucoup de travaux en 30 ans on vdevrait y arriver!
_________________
LA VIE N'EST PAS UN LONG FLEUVE TRANQUILLE


Revenir en haut
LUDMILLIA


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2012
Messages: 7 745
馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 11:07    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

Coucou Sissi j'te vois ....

Allez encore six dodos et tu seras dans le sud .......ne te fatigue pas de trop avec les travaux quand même .....ça pousse .....bon dimanche


Revenir en haut
dupann75
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2008
Messages: 20 565
蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 13:13    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 Un peu de fraîcheur enfin qui ne durerait point mais c'est l'été n'est ce pas?
Réalisateur sri-lankais connu pour son audace à dénoncer les difficultés économiques et les clivages culturels d’un pays déchiré par la guerre, Asoka Handagama a déjà réalisé six longs-métrages. En 2005, Letter of Fire (Aksharaya, jamais distribué en France) a été censuré par les autorités sri-lankaises. Son septième film, Ini Avan, décrit avec délicatesse le malaise d’un temps de paix, quand le traumatisme d’un vain conflit imprègne et corrompt toujours les relations sociales.


La guerre a confronté pendant trente ans la majorité sri-lankaise bouddhiste et les Tigres de Libération de l’Îlam Tamoul (LTTE), luttant pour la création de l’État indépendant des Tamouls de confession hindoue, population opprimée depuis des décennies par les nationalistes sri-lankais. L’élan séparatiste commence à la fin des années 1970 par des actions ciblées contre les représentants de l’ordre majoritaire et des émeutes dans la ville de Jaffna, où Asoka Handagama tourne l’intégralité d’Ini Avan. Il y montre la paupérisation d’une classe moyenne et la misère endémique des plus fragiles (vieillards, veuves) dans une ville meurtrie par l’usure et l’amertume d’un combat perdu. La simplicité des boutiques et des maisons, le bruit ronronnant de la ville, l’étendue de la campagne aride construisent l’authenticité d’une fiction où des personnages sans nom cherchent à reconstruire leur identité.
« Lui » (Dharshen Dharmaraj), ancien cadre des Tigres de Libération de l’Îlam Tamoul, rentre enfin chez lui dans l’espoir d’avoir enfin une vie « normale ». Acculé par ses voisins, il se voit reprocher à la fois la défaite des séparatistes et sa propre survie, face à l’immensité des pertes humaines. Au quotidien, il affronte désormais la difficulté de définir sa propre « normalité », en l’absence de souvenirs d’un temps de paix où un tel état aurait pu exister. Né en temps de guerre, puis dressé à la lutte armée, cet homme voit son seul espoir de rédemption dans ses retrouvailles avec celle qu’il a aimée. Mais « Elle » a été mariée par son père à un homme plus âgé afin d’échapper à un enrôlement de force au sein de la LTTE. Veuve au matin de sa nuit de noces et mère neuf mois plus tard, cette femme est tout aussi meurtrie que son ancien prétendant. Et tous les personnages d’Ini Avan subissent les dommages collatéraux d’une guerre dont le spectre plane à chaque recoin de la ville. Le retour d’un ancien guérillero vient raviver les douleurs et suscite la rancœur de familles décimées par les combats, aujourd’hui obligées de lutter au quotidien pour survivre quand le travail manque cruellement.
La composition de plans très graphiques concrétise les contraintes physiques et psychologiques imposées aux personnages : souvent emprisonnés dans le cadre, immobiles ou rigides dans leurs mouvements, isolés par de fréquents effets de surcadrage. Dès le début du film, fixité et longueur des plans viennent d’abord signifier la solitude d’un homme apatride, fatigué par une vie d’errance, comme ce premier plan où on le voit seul somnoler au fond d’un bus, le front brillant sous l’effet d’une chaleur humide. Tout au long du film, la moiteur de Jaffna conditionne le rythme de la vie quotidienne et pèse sur l’humeur de ses habitants. Quand la caméra se déplace en travelling, c’est toujours pour isoler un personnage, le tenir à distance, le ramener à une souffrance solitaire. Entre rugosité des attitudes et sophistication de l’image, Asoka Handagama travaille le malaise de relations humaines à reconstruire totalement sur les ruines d’un carnage aussi psychologique que matériel. Il montre aussi avec simplicité la corruption rampante d’une société toujours fragilisée par les clivages ethniques et affaiblie par une activité économique au ralenti. Si l’épicier fait crédit à certains clients, c’est pour mieux demander des intérêts exorbitants ensuite. Quand l’ancien guérillero trouve du travail comme agent de sécurité après avoir fait démonstration de force physique, il se trouve mêlé à la double vie de son patron dont le petit commerce cache des activités mafieuses.
Ini Avan décrit l’enlisement physique et moral d’une population réduite à l’inactivité sans pour autant flirter avec le misérabilisme. Au contraire, Asoka Handagama porte une attention extrême à la beauté plastique d’un film dont il a écrit les dialogues en cinghalais avant qu’ils ne soient traduits en tamoul pour le tournage. Aucune phrase n’est superflue et les personnages prennent la parole uniquement lorsque leur regard ou leur corps ne peuvent signifier leurs émotions. Mais le film ne se perd jamais dans une lenteur excessive. Les silences, éloquents et mesurés, permettent de dire la sensibilité des relations humaines. « Elle » et « Lui » laissent deviner en silence l’intensité de leurs sentiments, que la pudeur ne permet plus d’exprimer chez ces êtres brisés. Le film regorge d’une musique empathique dont on se passerait parfois, mais dont la fonction commentatrice autorise aussi le silence d’un anti-héros confronté à l’échec de sa réinsertion, las de devoir engager une nouvelle lutte, d’un genre différent, pour légitimer sa place dans une société toujours clivée.
Asoka Handagama développe en fait un discours politique et social par le biais d’un récit sentimental et lyrique, où il construit une empathie croissante pour un homme dont le corps massif et le regard triste hantent presque chaque plan. La rencontre d’une rescapée sri-lankaise, que l’homme cherche à protéger de souffrances nouvelles, permet de signifier l’égalité de tous face aux traumatismes de la guerre avec simplicité et sans démagogie. De cette complicité inattendue, émerge aussi un humour surprenant. Les rires couvrant l’immensité d’un paysage au ciel azur concluent le film sur une légère note d’espoir.
Carole Milleliri

Ciné oui, vu Ini Avan celui qui revient  source www.critikat.com

Et je vais voir le quatuor dans une demi-heure
Ce n’est pas sans espoir et sans émotion que l’on voit apparaître en ouverture le symbole de la RKO, l’une des sociétés de production indépendantes les plus représentatives de l’âge d’or hollywoodien. Pourtant, rien n’y fait : cette histoire de relations amoureuses et amicales, dont le moteur musical n’est jamais réellement mis en scène, se perd dans les méandres de la répétition des mêmes fragments, des mêmes motifs, à peine nuancée par une pléiade d’acteurs sous-exploités.


L’inconsistance des rapports humains
Un quatuor de renom prépare l’anniversaire des vingt-cinq ans de sa formation en répétant le quatuor à cordes opus 131 de Beethoven. Yaron Zilberman ne fait pas dans la dentelle : il présente l’historique de chaque membre peu délicatement, et nous expose les problématiques de sa limpide dissertation. Peter est veuf, parkinsonien et donc futur violoncelliste retraité : il faudra l’isoler dans le cadre, s’attarder sur son sentiment de déchéance. Robert et Juliette Gelbart, violoniste et altiste, sont mariés : il faudra donc créer une crise (l’adultère est tout trouvé), monter un peu le volume sonore et, si le temps s’y prête, orchestrer une réconciliation en musique. Enfin, Daniel, le soliste, premier violon, est indépendant, extérieur aux abandons physiques et émotionnels : il fabrique des archets, se complaît dans sa solitude avant de trouver l’âme sœur. Autant de situations fabriquées, de schémas relationnels plaqués sur un groupe d’êtres qui semblent être réunis par la musique de façon aléatoire tant cette dernière est absente. Bruit de fond, simple présence sonore ou outil de soulignage émotionnel, le quatuor de Beethoven est un instrument comme un autre, et le groupe, qui navigue entre exigence professionnelle et naufrage intime, reste un ensemble anodin. Les décors sont transparents, la ville comme les intérieurs, sans intention, sans signification, sans sensibilité particulière. Le New York instantané qui se voudrait allenien n’est qu’amalgame de moments insensés sans saveur aucune.
L’écholalie comme forme inconsciente
L’absence de marque est criante : si les relations répondent à des schémas, leur passage à l’écran répondent à un instinct basique, un seul, celui de la description. Yaron Zilberman se concentre sur les visages en plan fixe, répète sans fin les mêmes logorrhées visuelles sans prendre le temps d’étreindre les émotions qui pourraient jaillir, sans le diluer non plus, sans faire œuvre de construction. N’est pas Guiraudie qui veut dans l’écholalie formelle : il manque indéniablement à ce Quatuor un enjeu. Un film comme Prova d’Orchestra (Fellini, 1978) chamboulait la répétition de son orchestre symphonique d’une multitude de points de vue, de chocs sonores et géométriques jusqu’au silence pacificateur. Zilberman, quant à lui, tente en vain de retrouver cette diversité en appelant au secours les références les plus évidentes (la peinture, la littérature, l’art avec un grand A) et les formes narratives (la mise en abyme) les plus éculées. Rien n’y fait, rien ne détourne du sentiment de paresse ou de manque d’imagination. Le cinéaste du fort plat Watermarks semble trouver suffisant de citer T.S. Eliot pour imprégner son film d’une réflexion sur le temps. Il fait de même avec ses acteurs, a priori peu coupables, dont la présence dialoguée suffirait à faire évoluer l’argument. Il faut un enjeu, un désir, une présence derrière les films pour que ceux-là apparaissent à l’écran. On ne ressent rien, ou presque, au visionnage de ce Quatuor, si ce n’est la descente lancinante de l’attention des ennuyés.
Ariane Beauvillard www.critikat.com

Voilà, deux séances de ciné pour vous!

Belle journée,

_________________
rires et chuchotements


Revenir en haut
MDD69
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2008
Messages: 18 459
猴 Singe

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 18:11    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 merci pour le ciné Dupann !
La pluie est enfin tombée en abondance, et ensuite tout l'après midi, et tombe encore. Tonnerre dans le lointain, mais rien sur ma commune et tant mieux !
Ca s'est bien rafraichi d'un coup ! Enfin, ça va nous permettre de nous remettre d'aplomb !
Bonne soirée tout le monde.


Revenir en haut
mireille


Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 12 619

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 18:41    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant



BONJOUR BONJOUR

dudu, c'est quel ciné que tu frequentes??toujours le meme??fait frais en ce moment?

je suis HS, rétamée, vannée, etc...aujourd'hui...

j'ai vachement regretté de ne pas avoir renoncé à cette rando....plus difficile que ce que je croyais....cotes, chemins empierrés, etc.....tres fatiguée à cause de la chaleur , aujourd'hui, j'ai de nouveau mal au genou...
je n'ai jamais autant bu d'eau, et je me mouillais regulierement..mais nous avons tous souffert...
ensuite nous sommes allés manger une pizza, il faisait une chaleur etouffante sur la terrasse..
puis c'est lorsque nous etions installes au plan d'eau, alors que le spectacle allait commencer ,qu'un vent fort s'est levé et que des branches ont commencé à tomber.;(nous etions sous les arbres) , j'ai reçu de l'eau, me suis levée et ai retrouvé louis et quelques amis inquiets aussi, nous sommes remontés ....n'avons donc pas vu les "eaux dansantes",..
nous n'avons pas eu d'orage a metz, mais il y en a eu un fort chez nous, vers 11H, il parait..pas de degats, mais le mirabellier qui est surchargé de fruits ,s'est incliné...louis l'a redressé ce matin, esperons qu'il n'ait rien..
mes tomates ont des feuilles d'une couleur qui m'inquiète....
aujourd'hui, pas d'orage non plus, mais il a plu un peu ce matin...fait un peu meilleur....

bonne soirée!
_________________
carpe diem!


Revenir en haut
LUDMILLIA


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2012
Messages: 7 745
馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 28 Juil 2013 - 20:44    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

Bonsoir la troupe !!!!!!

Mimi !! ton genou !!!!! fais attention quand même ......j'adore les mirabelles .....par contre c'est pas le pieds pour tes tomates ...... elles ont des taches noires les feuilles ???????ouh ouh pourvu que ce ne soit pas ce fichu mildiou .....

Mdd  il fait un peu plus frais chez toi ?????

allez la troupe je file au lit je garde Julia toute la semaine  la crèche est en congés ......et le fiston la fistonne ne seront en vacances qu'après le 2 je sens que je vais être lessivée ....car depuis qu'elle n'a plus mal elle prend sa revanche .......

Dormez bien , faites de jolis rêves ;; portez vous bien  à demain .
Bon ciné alors Mam Dudu !!!


Revenir en haut
MDD69
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2008
Messages: 18 459
猴 Singe

MessagePosté le: Lun 29 Juil 2013 - 07:30    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 Oui.. fraicheur la bienvenue !!

Revenir en haut
dupann75
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2008
Messages: 20 565
蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 29 Juil 2013 - 13:57    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 Une douce fraîcheur enveloppe Paris, l'air qui passe par les fenêtres ouvertes est un bonheur.

Je n'ai pas de cinéma attitré puisque j'ai adhéré à la carte UGC illimitée qui me permet l'accès à des salles d'art et d'essai.
Je me rend souvent au quartier latin, là où mon grand-père est né et a grandi. C'est une balade souvenir que j'apprécie beaucoup.

Ce soir, j'irai voir "not in Tel Aviv" dans un ciné non climatisé près de chez moi.

Voilà, vous savez à peu près tout. Mr. Green
_________________
rires et chuchotements


Revenir en haut
mireille


Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 12 619

MessagePosté le: Lun 29 Juil 2013 - 15:58    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 non, pas encore "tout" mais on y travaille
 
_________________
carpe diem!


Revenir en haut
dupann75
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2008
Messages: 20 565
蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 30 Juil 2013 - 13:09    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013 Répondre en citant

 

_________________
rires et chuchotements


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:54    Sujet du message: Dimanche 28/07/2013

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> 2013 -> Juillet 2013 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Template Dbplus by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com