Histoires de vie et de vivre Index
 
Menus du Forum :

MembresGroupesFAQRechercher
ProfilSe connecter pour vérifier ses messages privés Contacter le webmaster
S'enregistrer
Connexion

vais acheter ce livre-recit d'un survivant du cancer

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> Ancienne file avec aciennes infos, sites, blogs....
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mireille


Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 12 619

MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 10:54    Sujet du message: vais acheter ce livre-recit d'un survivant du cancer Répondre en citant

A chaque fois, on ne me donnait que quelques mois à vivre... »

Fondateur d’une association humanitaire, cet ancien professeur d’université raconte son combat contre le cancer dans un livre au succès inattendu



Robert Chiron ne nie pas les moments difficiles qu’il a traversés, mais admet qu’on peut «vivre heureux avec la maladie» (FLORENCE PAGNEUX/La Croix).



Robert Chiron est un survivant. « Un survivant extraordinaire », complète ce retraité de 69 ans dans un sourire qui illumine ses yeux bleus. Peu importe que son cancer du rectum, diagnostiqué en 2001, soit alors jugé incurable par les médecins, qui ne veulent plus l’opérer.

« J’ai déjà subi quatre attaques du cancer, six opérations chirurgicales, deux chimiothérapies et deux radiothérapies, égrène-t-il d’un ton volontairement léger. À chaque fois, on ne me donnait que quelques mois à vivre. Dix ans après, je suis toujours là. »

Ces dix années de vie « en plus », Robert Chiron les raconte dans un livre édité à compte d’auteur, Croque la vie et… trompe la mort. Dans cet ouvrage, lui et sa femme Jeannette, 73 ans, dévoilent en toute sincérité une vie bien remplie, marquée par des engagements écologistes, des gestes de fraternité, des moments douloureux et une croyance sans faille en Dieu, l’homme et la nature.

L’engagement écologiste, d’abord. Professeur de physique-chimie à l’université de Nantes, Robert a très tôt milité pour l’énergie solaire. Dès 1995, il installe sur son toit la première station à photopiles de la région. « On a fait des portes ouvertes à la maison pendant trois ans. On a reçu 3 000 personnes. »

Il fonde l’association Bolivia Inti-Sud Soleil dédiée à sa fille

En 1999, il fonde l’association Bolivia Inti-Sud Soleil, qui forme les populations du Sud à la cuisson solaire. L’expérience démarre dans un village bolivien puis essaime au Pérou, au Chili, en Argentine et, depuis peu, en Afrique. Chaque année, 2 000 familles sont équipées de fours solaires, permettant de faire des économies, de libérer les femmes du ramassage du bois, d’éviter les fumées néfastes, etc. L’association réunit aujourd’hui 2 800 membres et emploie 32 salariés en France et dans les Andes.

Fraternité envers le Sud mais aussi dans la vie quotidienne. Parents de quatre enfants, les Chiron accueillent successivement, dans leur grande maison de La Chapelle-sur-Erdre, un jeune autiste, un schizophrène, des toxicomanes, d’anciens détenus puis les parents de Robert, qui y vivront leurs derniers jours. En 1999, le couple est touché par un drame : leur fille Élisabeth, soignée pour une dépression, se suicide à 27 ans. L’association Bolivia Inti, créée un mois plus tard, lui sera dédiée.

Deux ans après, le cancer de Robert est dépisté. « Face à la maladie, on a d’abord un sentiment d’injustice, de révolte, puis on le dépasse et on essaie de trouver une autre approche de la vie. » Pour apprivoiser son cancer, Robert refuse de se cantonner à la médecine classique. Il puise dans une palette de méthodes complémentaires, en suivant les conseils d’un médecin naturopathe.

Il estime avoir « multiplié ses chances par l’addition des deux médecines»

Produits du potager bio, de la ruche (plusieurs sont installées sur le toit), gui, champignons, plantes africaines, huile de foie de requin mais aussi relaxation, sophrologie, guérisseurs indiens ou encore magnétiseurs, Robert Chiron estime avoir « multiplié ses chances par l’addition des deux médecines».

Il ne nie pas les moments difficiles. Comme les contacts avec les spécialistes, toujours fugaces ; l’ambiance dans la salle d’attente de la chimiothérapie, où les malades ne se parlent pas ; les perfusions qui durent des heures et l’épuisement qui s’ensuit. Néanmoins, on peut « vivre heureux avec la maladie », dit-il.

Ce qui le fait tenir, c’est notamment le soutien indéfectible de sa famille, et en particulier de sa femme. Tous deux puisent aussi leur force dans des groupes de prière et la foi en un « Dieu créateur». Habitué à vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, Robert Chiron assure ne pas être effrayé par la mort, qu’il voit comme un passage. « Mon voyage dans la vie n’est pas encore fini », dit-il joliment.
_________________
carpe diem!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 10:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> Ancienne file avec aciennes infos, sites, blogs.... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Template Dbplus by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com