Histoires de vie et de vivre Index
 
Menus du Forum :

MembresGroupesFAQRechercher
ProfilSe connecter pour vérifier ses messages privés Contacter le webmaster
S'enregistrer
Connexion

article du Pélerin..

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> Ancienne file avec aciennes infos, sites, blogs....
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mireille


Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 12 619

MessagePosté le: Lun 1 Nov 2010 - 22:13    Sujet du message: article du Pélerin.. Répondre en citant


Jean-Philippe Derenne "Cuisiner, c'est célébrer la Création"
Jean-Philippe Derenne, éminent professeur de pneumologie, s'est mis à écrire des livres de cuisine par amour pour son épouse, atteinte d'un mal incurable.



Pèlerin : Un grand patron de médecine qui publie une trilogie culinaire, ce n’est pas banal.
Jean-Philippe Derenne : J'ai toujours aimé la nourriture, le goût des vrais aliments. À 20 ans, j'avais décidé de rester célibataire et de me concocter seul de bons petits plats. J'ai commencé à cuisiner sur un réchaud à gaz, dans une chambre de bonne. J'ai continué par amour lorsque j'ai rencontré ma femme, Jacqueline. Elle a été mon inspiratrice, ma goûteuse, ma lectrice... Pour elle, j'ai inventé des centaines de recettes et conçu le troisième tome de ma trilogie L'amateur de cuisine : Cuisiner en tous temps, en tous lieux *.
Des chefs célèbres réalisent vos recettes. Vous auriez pu devenir un grand cuisinier. Pourquoi avoir choisi la médecine ?
Mon père, qui était un grand magistrat, rêvait que je devienne chirurgien. Moi, je souhaitais servir, soulager mon prochain. J'ai donc fait une première année de médecine. À l'époque, on enseignait le fonctionnement des organes détaché de l'humain, cela me désespérait et je séchais les cours. Allongé sur mon lit, je refaisais le monde. J'ai pris ma carte du PSU, mais j'ai vite senti que j'étais trop idéaliste pour faire carrière en politique. Alors, je suis retourné aux études, j'ai passé le concours de l'externat et j'ai essayé de devenir un bon médecin, de faire du bien à mon prochain.
Un bon médecin, qu’est-ce que c’est ?
C'est quelqu'un qui soigne et protège l'autre quand il est menacé dans sa santé, son intégrité, sa dignité, qui se dévoue à son patient et le considère dans sa totalité. Un vrai médecin ne cède pas non plus à l'appât du gain. Même quand je suis devenu patron du service de pneumologie et de réanimation à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, en 1989, j'ai toujours refusé de donner des consultations privées. L'argent ne m'intéresse pas. Réussir sa vie, ce n'est pas s'enrichir, c'est aimer.
Un amour fou pour son épouse Jean-Philippe Derenne "Cuisiner, c'est célébrer la Création"

Pèlerin : Vous avez follement aimé votre épouse, disparue il y a quelques mois...
Jean-Philippe Derenne :  Nous avons marché à deux en regardant droit devant pendant quarante-cinq ans. En fusion totale. Notre relation s'est construite sans déclarations d'amour fracassantes, avec une multitude de petits gestes tendres et d'attentions quotidiennes. Cuisiner pour elle était ma manière de lui dire la profondeur et la pérennité de mes sentiments. Quand elle est tombée gravement malade, en 2006, j'ai compris que la nutrition était un élément majeur du pronostic vital. J'ai continué d'être son cuisinier à l'hôpital.
Vous estimez que les malades y sont mal nourris ?
Je pense qu'après avoir combattu les maladies nosocomiales, l'hôpital doit s'attaquer à la nutrition. 40 % des malades sont dénutris, c'est honteux. Les budgets alloués par le ministère sont insuffisants, l'alimentation n'est adaptée ni à l'âge ni à la pathologie des patients. Comment peut-on encore servir un steak, en long séjour, à des personnes âgées qui n'ont plus de dents ? Qu'on ne s'étonne pas ensuite du nombre de plateaux-repas qui repartent intacts.
Si je n'avais pas concocté à mon épouse des petits plats sur mesure, adapté les menus à sa capacité à se nourrir, elle n'aurait pas résisté aux complications infectieuses de sa maladie. Avec ce régime de tendresse, elle a vécu encore quatre ans à mes côtés. Mettez-vous un instant à la place d'un grand malade cloué sur un lit d'hôpital. Qu'est-ce qui égaie sa journée ? L'heure du repas et la visite d'un être cher. J'ai essayé d'offrir les deux à la femme de ma vie.
Mais l’emploi du temps du patron d’un grand service ne permet pas de faire la cuisine !
  Dans mon bureau à l'hôpital, je possédais l'essentiel : une prise électrique et une bouilloire. J'ai imaginé un mode de cuisson rapide, à l'eau bouillante, d'aliments placés dans des sacs de congélation. C'est simplissime de réaliser ainsi une noix d'entrecôte à l'échalote, ou des pêches jaunes aux amandes et au gingembre...
Je faisais le marché le matin sur le chemin de l'hôpital. À midi, je m'enfermais à clef dans mon bureau, j'emballais les aliments, je plaçais les sacs dans un récipient Tupperware, et je les recouvrais d'eau bouillante, un œil sur la montre pour respecter le temps de cuisson. Je traversais l'hôpital lui porter son repas dans les assiettes en porcelaine qu'elle aimait. On mange aussi avec les yeux.
Vous ne vous contentez pas d’inventer un mode de cuisson. Vous vous passionnez pour la diététique, les voyages…
Cuisiner, c'est découvrir, être en permanence à la recherche de festins et de rencontres. J'ai cherché l'origine des plats dans les cultures du monde, les livres de géographie, les récits d'explorateurs, les dictionnaires de médecine. Je me suis inspiré du Traité d'histoire des religions de Mircea Eliade pour l'adapter à la cuisine.
La dimension religieuse de la cuisine Jean-Philippe Derenne "Cuisiner, c'est célébrer la Création"

Pèlerin : Vous voulez dire que votre trilogie culinaire a quelque chose de religieux ?  
Jean-Philippe Derenne : Oui, mes livres s'inscrivent dans la célébration et l'amour. Je crois au beau et au bon. Préparer un repas a quelque chose de sacré : on choisit un aliment, on libère sa saveur en le mêlant à un autre, on lui donne un statut, une âme. Manger et partager ce repas, c'est célébrer la Création. J'ai coutume de dire : « Mange une tomate comme si tu priais pour elle ! »
Êtes-vous croyant ?
Je ne peux me résoudre à croire que l'immédiateté de nos vies suffise à expliquer nos existences. Il faut un sens supérieur à tout cela, sinon à quoi bon accumuler des gestes, aussi généreux soient-ils ? Ma femme vibre en moi, je suis imprégné de sa présence. Une société qui ne vit qu'avec les vivants est barbare. La majorité de ce qui nous fonde vient d'êtres qui ont disparu : parents, amis, amants, nous sommes les fruits de ces arbres-là.
Vos livres de cuisine sont de véritables traités de botanique...  
Je suis comme saint François. Je célèbre la nature, la beauté de la Création, Je parle aux animaux, à mon chat, aux poules, aux oiseaux. Mais j'ai aussi une passion pour le Christ.
Qu’est-ce qui vous fascine dans la personne du Christ ?
Il y a d'abord celui qui dit à Marie-Madeleine : « Va et ne pèche plus », ce Christ-là ne punit pas, il fonde la liberté de l'homme sur sa conscience. Il y a aussi le Christ qui comprend le besoin de donner de Marie de Béthanie ; la pécheresse lui verse sur les pieds un parfum très cher au grand dam de ses disciples. Ce Christ-là pose la générosité au cœur de son projet. Enfin, il y a le pacifiste qui dit : « Aime ton ennemi. » C'est facile d'aimer un ami, ce qui est intéressant, c'est de refuser la violence de l'autre. Ce Christ-là dessine l'unité nécessaire à toute société. Il m'interpelle et me fait grandir.
Vous avez d’autres modèles ?
Sainte Thérèse de Lisieux. Atteinte de tuberculose, elle meurt à 24 ans, promettant de faire tomber sur la Terre « une pluie de roses » et de passer son ciel à faire du bien aux vivants. J'aimerais que les 450 recettes de Cuisiner en tous temps en tous lieux soient une pluie d'espoir pour les malades et leur famille. Pour que l'amour soit plus fort que la mort.
Auteur(s) : Catherine Lalanne , Photo © Vincent Pancol - Paru dans Pèlerin N° 6672 du 14 octobre
_________________
carpe diem!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 1 Nov 2010 - 22:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dupann75
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2008
Messages: 20 745
蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 2 Nov 2010 - 18:05    Sujet du message: article du Pélerin.. Répondre en citant

émouvant et rassurant sur le mandarinat,
_________________
rires et chuchotements


Revenir en haut
martinejp
LES AMIS

Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 7 305

MessagePosté le: Mer 3 Nov 2010 - 21:44    Sujet du message: article du Pélerin.. Répondre en citant



QUE C EST BEAU !!!!!


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:35    Sujet du message: article du Pélerin..

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> Ancienne file avec aciennes infos, sites, blogs.... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Template Dbplus by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com