Histoires de vie et de vivre Index
 
Menus du Forum :

MembresGroupesFAQRechercher
ProfilSe connecter pour vérifier ses messages privés Contacter le webmaster
S'enregistrer
Connexion

nouvel espoir pour les lymphomes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> Ancienne file avec aciennes infos, sites, blogs....
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mireille


Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 12 619

MessagePosté le: Ven 23 Juil 2010 - 23:17    Sujet du message: nouvel espoir pour les lymphomes Répondre en citant

Une équipe française vient d'ouvrir une voie prometteuse pour faire régresser leucémies et lymphomes. Le docteur Sébastien Maury (hématologie clinique et transplantation, groupe hospitalier Henri-Mondor et université Paris-Est Créteil-Val-de-Marne) et plusieurs autres chercheurs ont démontré la validité d'une nouvelle approche de thérapie cellulaire. L'idée ? Renforcer l'activité anticancéreuse d'une greffe - avec donneur - de cellules sanguines sur des malades cancéreux en échec thérapeutique. En éliminant préalablement certaines populations de globules blancs, les chercheurs ont obtenu une réponse favorable au traitement chez un tiers des 17 malades participant à l'étude, avec une bonne tolérance. Leurs résultats, qui restent préliminaires, ont été publiés mercredi 21 juillet dans la revue Science Translational Medicine.

Les hémopathies malignes sont des cancers qui affectent les cellules sanguines. Parmi eux, les leucémies et les lymphomes peuvent avoir une évolution particulièrement sévère. Il faut alors remplacer entièrement la moelle osseuse du malade par celle d'un donneur sain. Environ 1 500 greffes de ce type sont pratiquées en France chaque année. Mais la greffe de moelle ou greffe de cellules souches sanguines est une thérapeutique lourde, et "environ 50 % des malades ayant reçu une greffe de moelle font une rechute", indique le Dr Maury.
Une fois la greffe réalisée, les cellules de la moelle du donneur, plus précisément des globules blancs participant aux réactions immunitaires, les lymphocytes T, détruisent les cellules malignes du receveur, qu'ils reconnaissent comme étrangères, mais anéantissent aussi des cellules saines. Le premier phénomène, bénéfique, est appelé la "réaction du greffon contre la tumeur" et le second, la "réaction du greffon contre l'hôte".
Pour les patients qui ne répondent pas favorablement au traitement, la greffe est complétée depuis les années 1990 par l'injection de lymphocytes T issus du même donneur afin d'améliorer l'efficacité de la réaction contre les cellules étrangères (l'alloréaction), qui est à la base du traitement. Mais cette combinaison échoue chez certains malades, qui se trouvent alors dans une impasse thérapeutique.
Alloréaction
C'est à de tels patients que s'adresse la nouvelle stratégie du Dr Maury, conçue en collaboration avec des chercheurs du CNRS, de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, des universités Pierre et Marie Curie et Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne et de l'Inserm. Tout commence il y a quinze ans quand l'équipe du professeur David Klatzmann (groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, UMR 7211-CNRS et université Pierre et Marie Curie), coauteur de l'étude, met en évidence le rôle-clé joué par les lymphocytes T dits "régulateurs" dans le phénomène d'alloréaction qu'ils atténuent. Du coup, pourquoi ne pas les éliminer ? "Notre idée était d'effectuer un tri au moyen d'un anticorps monoclonal reconnaissant les lymphocytes T régulateurs et de les éliminer avant l'injection des lymphocytes du donneur. Nous avons donc mis sur pied un essai pour établir la sécurité et la tolérance du procédé", explique le Dr Maury.
Ont été sélectionnés 17 participants. Parmi eux, 2 ont bien répondu au traitement, avec une rémission durable. Chez les 15 autres, l'équipe a éliminé les lymphocytes T régulateurs présents par une chimiothérapie, avant d'injecter de nouveau des lymphocytes du donneur, privés de lymphocytes T régulateurs. A leur tour, 4 nouveaux patients ont développé une réaction du greffon contre la tumeur et ont présenté une rémission durable de la maladie. Au total, 6 des 17 patients en situation d'impasse thérapeutique ont connu une évolution favorable : "Trois ans après la première injection, 65 % des patients ayant développé une alloréaction étaient toujours en vie, contre 25 % parmi ceux n'ayant pas manifesté de réaction du greffon contre la tumeur, précise le Dr Maury. C'est la première fois que ce type d'immunothérapie cellulaire est utilisé en thérapeutique chez l'homme." A l'avenir, les chercheurs envisagent d'utiliser la même approche chez des patients dont la maladie est moins évoluée.
Paul Benkimoun
_________________
carpe diem!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Juil 2010 - 23:17    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de vie et de vivre Index du Forum -> Histoires de vie... -> Archives -> Ancienne file avec aciennes infos, sites, blogs.... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Template Dbplus by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com